L'ASSOCIATION

L'association

20

Avr 2017

LES MENUISERIES DANS LA VILLE DE DEMAIN

Posté par / dans L'ASSOCIATION, LES MENUISERIES DANS LA VILLE DE DEMAIN /

En 2050, 70% de la population mondiale sera urbaine. Cette évolution aura des incidences multiples, sur l’organisation des métropoles, l’architecture, la construction des bâtiments, mais également sur les métiers et les produits. D’ores et déjà, la ville de demain se dessine : quelle place les menuiseries y prendront-elles ? C’est sur ce thème que Menuiserie Avenir a organisé une table ronde, le 24 mars, à Nantes, rassemblant ses entreprises et partenaires pour une réflexion prospective. Retour sur les grands thèmes qui ont animé les échanges.

photo_Ville-de-Nantes_VDN00046793

Energétique, environnementale, digitale et sociétale : ces quatre transitions, qui font basculer nos villes dans le futur, sont d’ores et déjà en œuvre. Tout au moins correspondent-elles à des aspirations explicites et pressantes des usagers, davantage intégrés aux projets d’urbanisme. Dans l’agglomération nantaise, les habitants ont ainsi été associés aux réflexions en amont des grands programmes, tels que l’aménagement des quais de la Loire, de Pirmil-les Isles ou encore de l’Ile de Nantes, l’un des quartiers les plus emblématiques de la transformation de la ville.

L’enjeu : définir des lignes directrices pour une agglomération de près de 600 000 habitants, qui pourrait en accueillir 100 000 de plus dans les vingt prochaines années. « A la fin de la dernière mandature, nous avions fixé un horizon à 2030 pour notre prospective, explique Nicolas Guillaume, Directeur du Département Territoire et Proximité à Nantes Métropole. Il s’agit désormais d’un délai pour la livraison des programmes. » La ville qui se dessine, somme toute rapidement, orchestrera une mixité des espaces et des activités, densifiant le réseau de transports en commun et intégrant la nature au cœur de l’urbain.

Changement de paradigme et innovation de rupture

« Répondre aux aspirations par des offres innovantes constitue un enjeu à très court terme », rappelle Laurent Rossez, Directeur Stratégie et Innovation chez A.I.A. Associés, cabinet d’architecture et d’ingénierie, et Président de NOVABUILD. Alors que, quelques bâtiments-signaux mis à part, l’offre de logement reste monotone, les acteurs historiques pourraient être bousculés par de nouveaux entrants. A l’instar de Google pour les voitures de demain, ces professionnels, dont la construction n’est pas forcément le cœur de métier, seraient en capacité de capter la valeur. Ils réduiraient les entreprises à la traîne de l’innovation à un rôle de sous-traitance, ou les feraient disparaître.

photo_Ville-de-Nantes_VDN00049650

Des innovations disruptives, un changement de paradigme… C’est toute la culture urbanistique qui est appelée à évoluer, dans la conception de bâtiments plus évolutifs, le choix des matériaux, les solutions constructives, les scenarii utilisateurs, mais également dans l’organisation de la chaîne de valeur. « L’attractivité économique d’un territoire dépend pour beaucoup de la qualité de son urbanisme et des activités associées, estime Laurent Rossez. En ce sens, la maîtrise d’ouvrage joue un rôle d’impulsion fondamental et doit pouvoir affirmer des ambitions ». Nantes Métropole promeut ainsi davantage le collaboratif dans ses projets, à travers des partenariats d’ingénierie par exemple, dans l’objectif de rapprocher le monde de la recherche et celui des entreprises.

L’usage et le confort au cœur de la conception des futurs bâtiments

Ces changements, à la fois techniques et culturels, ont été anticipés par Saint-Gobain, qui a inauguré en 2011, à Aubervilliers, son Domolab. Lieu de connivence entre la recherche et le marketing, il propose d’expérimenter les sensations de confort et d’inconfort thermique, visuel et acoustique, à l’occasion d’un parcours déclinant modules sensoriels, outils pédagogiques et espaces de travail collaboratifs. « Faire des questions de confort la porte d’entrée de nos réflexions prospectives est une manière très efficace d’intégrer l’usage de l’habitat, affirme Maurice Manceau, Directeur Général de Saint-Gobain Habitat. Alors que la population augmente peu – la France compterait 72 millions d’habitants en 2050 -, la pyramide des âges, elle, s’inverse fortement. Or, 90% des personnes déclarent vouloir vieillir à domicile. Nos entreprises doivent être en capacité d’anticiper ces mutations. »

Les menuiseries à l’heure du numérique

Le digital ouvre désormais tout le champ des possibles. La maquette numérique notamment devrait permettre, non seulement de travailler avec une extrême précision, de massifier la construction ou de dessiner de nouvelles formes, mais aussi d’ajuster en temps réel les chaines de production, qui s’orienteront vers de la très petite série. Le bâtiment intelligent associera l’ingénierie à l’architecture pour apporter, là encore et avant tout, de la valeur d’usage.

Siege-Credit-Mutuel_GS-AIA_01

Dans ce contexte, quelle place les menuiseries seront-elles appelées à prendre ? Le siège du Crédit Mutuel, situé dans le quartier en mutation de la ZAC Madeleine, à Nantes, et réalisé par AIA Associés, illustre la manière dont les produits peuvent servir les aspirations des usagers. Les grandes surfaces en verre opalescent expriment la transparence, tandis que la confidentialité est préservée par de brise-soleil pivotants. L’enveloppe du bâtiment est ainsi conçue comme une membrane héliotrope, « qui s’oriente au gré de la course solaire pour ajuster sa fonction protectrice, explique-t-on à AIA Associés. La conception de cette façade multicouche dynamique permet de réduire les consommations énergétiques. Elle renforce l’isolation thermique en période de chauffage, filtre les apports solaires en période de rafraichissement, favorise l’évacuation des apports internes en été et permet un éclairage naturel généreux. »

Vers des menuiseries coups de cœur

Partant du principe qu’une menuiserie est un plan, auquel seront associées de multiples technologies, la limite n’est plus que celle de notre imagination : « Et si les fenêtres devenaient des radiateurs, des télévisions, des espaces marketing ? », suggère Laurent Rossez. A la fois produits de technologie et éléments esthétiques dans les espaces de vie, les menuiseries seraient, demain, choisies par les consommateurs en fonction des coups de cœur. « Il faut pouvoir penser l’impossible, en utilisant des démarches de réflexion collaboratives et de design thinking, en lançant des défis… ». « Chez Saint-Gobain, une innovation sur cinq n’existait pas il y a cinq ans », rappelle pour sa part Maurice Manceau.

Le futur des menuiseries, comme du Bâtiment dans son ensemble, est d’ores et déjà en train d’advenir. Tout dépendra des choix stratégiques et de la volonté des entreprises de rester à l’initiative des innovations.

La table ronde sur la Ville du futur a rassemblé les entreprises membres de Menuiserie Avenir et les partenaires, le 24 mars au Solilab, à Nantes, avec la participation de :

  • • Nicolas GUILLAUMEe, Directeur du Département Territoire et Proximité à Nantes Métropole,
  • • Laurent ROSSEZ, Directeur Stratégie et Innovation chez A.I.A. Associés et Président de NOVABUILD,
  • • Maurice MANCEAU, Directeur Général de Saint-Gobain Habitat.

Intervenants-table-ronde-Ville-de-demain

Please select the social network you want to share this page with:

We like you too :)

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Donec tincidunt dapibus dui, necimas condimentum ante auctor vitae. Praesent id magna eget libero consequat mollis.

SIMILAR POSTS